Marseille à l’eau salée (3)

[Marseille Pointe Rouge – Via Roma*]

Pour prendre des forces avant la dernière épreuve (l’Oral d’Italien), la Mer -une Salade de Poulpe – une Pietra – un verre de vin blanc (21 euros). Avec, dès que je me suis posée en terrasse, salée-décoiffée-béate, la conversation ensoleillée de deux gars (un Aixois et un Marseillais) qui avaient fait du bateau toute la matinée et qui étaient curieux de savoir d’où je venais et où j’allais. Très bonne ambiance. Des habitués. Raccomando.

*19 Avenue de la Pointe Rouge, 13008 Marseille

Publicités

Marseille à l’eau salée (2)

[à côté de la Plage du Bain des Dames – Marseille]

Entre deux examens, je suis allée réviser… dans la petite Calanque juste à droite de la Plage du Bain des Dames. Toujours ce côté rétro tranquille. Des habitués souriants et visiblement contents de partager. Sur les dalles de ciment, on discute, on profite, on chauffe un peu mi-ombre mi-soleil et puis on se met à l’eau avec des regards complices.

J’ai aimé, en ce mois de Juin, ces incursions marseillaises. Rouler à belle allure sur la Corniche, les yeux dans le Bleu, les méandres de Mazargues Bonneveine, le Lycée Hôtelier (si sérieux), le Lycée des Calanques (Sérieux?), la très grande gentillesse des gens. Et puis, le dernier jour, me garer à l’arrache, tant que ça passe. Le jeune Marseillais tatoué très tatoué ensoleillé, à qui j’ai demandé son avis, m’a dit: « Mais non, les Flics vont pas t’emmerder. Va à la Plage! Fais toi plaisir! Profite! Profite! » Oui

Marseille à l’eau salée

[Plage du Bain des Dames – Marseille]

La dernière fois, j’avais été me jeter à l’eau salée, au plus près. Dans une petite Calanque, derrière le Yachting Club de la Pointe Rouge, j’avais trouvé un rocher plat où me poser au milieu de l’eau. Cette fois ci, j’ai poussé l’exploration un peu plus loin, puisque j’avais plus de temps. J’ai trouvé! et j’y suis restée jusqu’à 19 heures 30, sous le soleil encore si haut. Imminent Summer.

Plage du Bain des Dames. Comme son nom l’indique, désuète et tranquille petite Plage de galets. Je suis allée me coller dans les rochers, un temps sur une plate-forme pour la vue, puis au plus près de l’eau, pour le côté sauvage, le clapotis clapotage  et pour n’avoir qu’à sauter à l’eau. Et recommencer. Comme un avant-goût d’Agay.

Se souvenir aujourd’hui maintenant

Taboulé Rando (comme )  : 3 verres de semoule et autant d’eau salée – une boite de thon – un oignon rouge – un petit pot de poivrons rôtis à l’huile – le jus de 2 citrons – plein de persil

On a décidé, en ce soir de Juin,  de donner du frais et du croquant à la recette, parce qu’il fait si chaud… , en y ajoutant des radis roses.

Encore une de ces Recettes souvenir qui me fera dire « C’était bien mais Encore! » aujourd’hui maintenant.

 

O Marseille !

[Marseille Pointe rouge – La Serenata*]

Sérieux. M’envoyer passer tous mes oraux de Juin à Marseille Bonneveine, à deux minutes de la Pointe Rouge, entre Calanques et îles du Frioul, avec la Côte bleue là au fond. J’avais pris maillot, serviette, crème solaire histoire de me détendre avant/après, mais en roulant le long de la Corniche, j’ai compris qu’il y avait bien trop de vent…

Mais pour mon plus grand plaisir, la Mer n’était pas perdue pour tout le monde aujourd’hui. J’ai pris des photos en m’approchant assez près et le vent m’a apporté une vague d’eau salée qui m’a laissée toute mouillée mais en apparence assez sèche pour aller poser mes fesses dans le restaurant italien juste en face.

J’ai lu la Carte et comme d’habitude, je suis partie loin… Je me suis dit que j’aimerais un jour revenir avec un plus gros budget. J’ai commandé une des « petites » Pizzas les moins chères – 18 euros mais fabuleuse – Parfait.

* 37 Avenue de la Pointe Rouge, 13008 Marseille

De saison

Bons Bacis (baisers) de Cagliari / « Voyage en Italie » de Giono

Le temps des oeufs

le temps de l’Italie.

Je vais rapatrier par ici l’Italie (sans compter la Sardaigne, 16 voyages depuis la première fois en 2011) parce que j’y ai attrapé le bonheur plus d’une fois, et que le bonheur c’est pas fait pour rester dans un Blog passé en privé.

Apprendre encore un peu

Le dernier jour à Cagliari, j’ai lancé un plan B (comme Benetton) pour celles qui voudraient zapper le Museum archéologique. Apprendre l’Italie encore un peu. L., une de mes compagnes de route, s’est commandé une Glace à l’amande chez Stefino. Je me suis pris des olives et des coeurs d’artichauts au supermarché, que j’ai mangé, tout en continuant à me balader. Plaisir de se promener en ville un samedi en fin d’après-midi. Les Italiens, toujours sur leur 31, font les boutiques, boivent des Spritz en terrasse et on sent chez les plus Jeunes, doucement mais sûrement monter la Fête… 

Le lendemain, 6 heures, j’attendais le taxi pour l’aéroport dans le hall de l’hôtel quand il y a eu un début d’incendie. Fumée et jeune Erasmus en panique. Le gars de l’accueil en panique aussi, est parti avec l’Erasmus en panique, vers les étages, m’interdisant de bouger. J’ai donc accueilli et rassuré tous ceux qui descendaient inquiets, en tenue plus ou moins acceptable, dans le vacarme de l’alarme. Il faut croire que je devais avoir la tête de celle qui savait. En fait, j’étais surtout la seule personne habillée.

A Cagliari, j’aurais aimé me faire une vraie pause le temps d’une vraie nuit. Ne plus penser à rien, juste être bien. Me faire du bien mais sans bouger d’un lit. Histoire de prendre des forces pour la suite. Parce que faut pas croire, je suis pas plus forte qu’une autre. Sauf que je me la ramène.