Affliction (2)

[Palazzo Pfanner, Lucca]

(Adélaïde a pourtant aimé la visite.)

Publicités

Se reposer à Lucca

Lucca la belle, la tranquille, la sereine. Si on se sent si bien à Lucca c’est sans doute parce qu’elle est entourée de remparts, et qu’on s’y sent comme à l’abri. Lucca est  presque ronde comme un ventre maternel, et parfaitement plate, pas une seule bordure. Il n’y a que les quelques marches devant le parvis des Eglises, et les rampes qui mènent aux remparts à gravir. A découvrir à pieds ou à vélo. De la promenade des remparts, 4 kilomètres dans le vert, on voit si l’on regarde vers l’extérieur, loin là bas, après les grands espaces d’herbe, les premières maisons mais c’est si loin que le regard ne s’y attarde guère ; si l’on regarde vers l’intérieur, ce sont, juste là, en contrebas, des toits, des terrasses, des jardins, des tours toutes différentes ; il y en a même une où poussent des arbres… et une centaine d’Eglises.

Et puis, le Samedi, la ville a été envahie par un gigantesque marché Broc et par les Mille Miglia… On a vu se succéder les Fiat 500, les Ferrari et les vieilles voitures sublimes… Elles ont fait le tour des remparts avant de traverser le Centro sur un parcours balisé par des bottes de pailles. Sur la Piazza del anfiteatro, nous avons regardé, en toute fin d’après-midi,  les bolides faire le tour de la Place, en faisant rugir les moteurs, et parfois régaler le public ravi de dérapages contrôlés. Avec un verre de vin blanc bien frais, en terrasse, c’est un spectacle qui se laisse regarder.

Manger à Lucca

Et puis, manger.

A Lucca (entre autres): Fèves crues croquées au sel / Ceci, Cucina di Strada / Olives de Lucques / Petites courgettes avec leurs fleurs / Filet de boeuf avec un émincé de truffes et d’artichauts frais. Et puis aussi, parce que c’est bon de se souvenir, et qu’on trouve ce dont on a besoin, en cuisine: Arosticini, « herbes fatiguées » et haricots Borlotti comme dans les Abruzzes , Trofie al Pesto comme en Ligurie et Salade de poulpe comme à Portovenere. Chaque voyage, c’est un peu l’Italie revisitée. 

Tous ceux qui insinuent que je ne vais en Italie que pour manger ont absolument raison. Je pourrais vous expliquer que c’est le meilleur moyen de découvrir le Pays et ses habitants ; ce qui n’est pas faux. Ou bien que c’est la meilleure cuisine au monde et une histoire de culture gé ; ce qui est tout à fait vrai ; mais je vous mentirais ; c’est juste que c’est très bon.

 

Jouer à Lucca

Jouer à Lucca… à vélo même avec un plâtre Ouf!… sous le soleil ou sous la pluie mais avec des glaces chaque jour… Et… interdit de « faire sonnette » (comme dit J.B, qui a l’air de savoir de quoi il parle… sans doute sur le trajet entre le Collège et l’Aumônerie…).

Après avoir donné à manger à (la pôvre petite) Adélaïde, (des pâtes à la sauce sanglier), jouer à Lucca. Leur filer leurs vélos et les laisser se balader en toute liberté, même tard le soir. La ville comme un jeu, pour deux enfants de la Garrigue. De toutes façons, on s’y repère facilement. Histoire que ça soit encore plus amusant, (et pour m’assurer un peu de tranquillité…), je leur avais fait une Liste d’épreuves à faire sur la journée avec 12 euros de budget. A faire dans l’ordre ou le désordre: écrire à leurs soeurs, prier pour leur famille (haha!)…, nous acheter des cadeaux souvenirs (lovelove), faire un dessin d’un coin qu’ils aiment bien, localiser certains endroits importants dans la ville et les marquer d’une croix sur le plan, et trouver: cinq feuilles toutes différentes, des myrtilles (impossible ce n’est pas la saison héhé), du shampoing démêlant pour Adélaïde (message subliminal), un sachet de sucre (à piquer dans un restaurant, allez!) ; avec comme épreuve Bonus rapportant mille points: monter dans une Fiat 500.

[On m’a demandé ensuite: Voulais-tu vraiment qu’ils se fassent kidnapper?]

Je leur avais fait une liste de phrases en Italien afin qu’ils puissent demander certains renseignements et ils se sont très bien débrouillé, Jean-Baptiste hésitant, sur la fin, à donner du Ciao Bella! à toutes les Italiennes rencontrées… J’aurais aimé…. leur faire un vrai Jeu de piste. J’avais même emporté un bout de craie pour leur laisser des messages… mais Lucca est si touristique, que cacher des indices me paraît compliqué. Je ne laisse pas tomber l’affaire, pourtant. Je les verrais bien se faire la courte échelle pour attraper un bout de papier dans l’orbite du crâne sous le gisant au Duomo, se battre pour savoir qui n’ira pas chercher la suite du Jeu sous le corps momifié de Sainte Zita etc etc… Etcetera…