Rando de tout début d’Eté (2)

[Vallon de l’Aiguebrun]

Après avoir chauffé sur le Plateau des Claparèdes, nous sommes redescendues au fond du Vallon de l’Aiguebrun. Endroit planqué, endroit difficile à se représenter (bis). Au milieu du Luberon caliente, des lianes, du lierre, des taillis. Nous avons trempé nos pieds fatigués dans la rivière en espérant ne pas déranger les écrevisses, et, les fesses posées sur les rochers couverts de mousse, nous avons écouté longtemps longtemps le glouglou de l’eau. Assez longtemps pour ressentir le frais presque froid du ruisseau et sa force, la lumière qui passe au travers les frondaisons et l’énergie apaisante du Vert, des arbres, des Bois. En se reconnectant à la réalité, l’esprit se pose et se repose. Etre là.

 

Rando de tout début d’Eté

[Plateau des Claparèdes]

Nous sommes monté sur le Plateau des Claparèdes qui mérite bien son nom de plaine caillouteuse, là haut, à 820 mètres, pas tout en haut du Luberon mais presque. Endroit planqué et difficile à se représenter. La route rectiligne longe les prairies et les champs de lavande, dont certains sont à l’abandon. Un peu de garrigue grillée, de la terre brune, quelques chevaux. L’endroit est brut, l’endroit est beau. Cagnard caillasse lumière désert. On a un peu chauffé mais c’était bon.

Rando Reco: pierres sèches, olives et bière.











[Vallon de la Sénancole, Gordes]

Un coin qui ne m’était pas inconnu pour y être souvent allée en famille pendant les Fêtes, balade sportive entre deux très longs repas… Le 27 décembre, avec frère, soeurs, beau-frères, belle-soeur et la (très nombreuse) marmaille, j’y avais goûté à nouveau. Mais la priorité c’est ne pas perdre la Petite de 4 ans qui file, qui file ; pour une Reco, on verra plus tard…

J’y avais ensuite passé la journée du 31 décembre, loin du Bling et des préparatifs empressés, seule, au fond du Vallon, à chercher… du mauvais côté. J’étais allée jusqu’à l’Abbaye par le Vallon de la Sénancole et puis retour par le plateau, en faisant quelques rencontres, et en apprivoisant ce coin là, riche en sentiers qui ne mènent parfois nulle part. Le temps de me faire une idée sur ce pays de pierre sèche et de maquisards.

J’y suis retournée avec ma copine de Rando en la prévenant de ce qui l’attendait. Rando Reco pour découvrir, ce qui veut dire parfois… tourner en rond. Mais cette fois, j’avais les bonnes indications. Et j’ai trouvé bien au delà de ce que j’attendais. Le Moulin pour commencer, comme inséré dans la falaise, si vaste, si brut et si parlant, avec pour toit une oliveraie… On n’a aucun mal à imaginer, les olives cueillies là haut et balancées dans la trémie (photo 8) qui arrivent donc 5 mètres plus bas, direct là où il faut, les bacs à saumure, le pressoir etc… *Merci aux propriétaires qui laissent cette merveille libre d’accès* Sur le plateau, entre les oliviers, nous avons partagé une bière et fêté ainsi la nouvelle année, dans le vert, le soleil, au grand air (très frais). Et puis la soupe, et puis les lentilles avec de la saucisse poivrée. Du thé, du chocolat, des clémentines. Nous avons trouvé ensuite, le cabanon, les croix gravées dans la pierre et l’impluvium, d’autres habitats troglodytes, des bories, des falaises qui racontent le temps, une marmite d’eau glacée, et puis toujours au bout du chemin, en récompense l’Abbaye de Sénanque. Après 6 heures 30 de Rando Reco, dans le froid: thé , pain d’épices et plus que jamais l’envie de partager ce Luberon qui me donne faim.

Noël







[N.D de Lumières, en bas dans la Crypte] [Saint-Saturnin-les-Apt, à la tombée de la nuit] [Le Mas des Etoiles, en famille]

Le temps de Noël.

Le temps du chocolat*

*Chocolats Jouvaud. Pas de gâteaux de soirée (petits gâteaux individuels) chez Jouvaud pour le soir de Noël malgré les demandes répétées des clients… Des gâteaux à partager seulement.

(24 pendant 4 jours…)

Formation Territoire 2


[dalle de Viens] [Dauphin, Luberon oriental…]

Nous avons fait le tour du Luberon en découvrant quelques uns de ses (très nombreux) sites géologiques. J’ai pensé à Jib devant les empreintes d’un rhinocéros laissées quand ici c’était la savane…, écouté les récits de passionnés* qui font de la paléo-technologie en essayant de refaire du fer, de la chaux, de l’huile de cade, avec des fours bien pensés ; ce qui ne les empêche pas de penser aux pizzas [pour un four (voir photo): deux bottes de paille – une tonne de sable – 400 kg d’argile]. Et puis, le Clos, le thermalisme à Saint- Martin-les-Eaux, Geosel… Je suis rentrée crevée après une journée passée au froid, souvent au fond de vallons encaissés. De la bonne fatigue.

*Dauphin en Fête organise chaque année fin Mars, la Fête du fer, de la terre et du feu.

Formation Territoire 1


Au programme de cette première journée de Formation Territoire, proposée par le Parc Naturel Régional,  la formation géologique du Luberon, les politiques de communication du Parc, le fonctionnement du principal Office de tourisme qui gère les villes les plus touristiques, un déjeuner en Bistrot de pays* avec des explications sur le Label, et la visite guidée du village d’Oppède-le-Vieux avec pour thème le bâti en Luberon. Le tout agrémenté de rencontres diverses (le groupe est hétéroclite comme j’aime), de discussions savoureuses, de mises en perspective socio-politico-économiques et d’étincelles. Autant dire du Sur-mesure pour moi. On peut parler du Territoire pendant des heures mais c’est lors du trajet entre Apt et Oppède, qu’on en saisit le mieux toute la richesse. Le Luberon, entre gris bleuté, gris violet, grège, illuminé de toute la palette des orangés, parsemé de bâtisses agricoles, de bastides, de cyprès, me fait écarquiller les yeux. J’avais presque oublié.

*Bistro les Poulivets, Oppède

(poire au vin, rien que pour moi, qui ne mange pas de lait. Merci)

De saison

[Lourmarin](dernier jour d’Eté)

Le temps des glaces.

Glace Nutella – Tiramisu (Tira mi sù: Tire moi vers le haut!)

Il y a de bonnes glaces italiennes* à Lourmarin, dixit une petite fille gourmande qui a mangé des Gelati à

Roma, Florence, Sienne, Volterra, San Gimigniano, San Miniato, Pitigliano, Livourne, Montepulciano, Montalcino, Poppi, Cortona, Cinque Terre, Portovenere, Genova, Lucca, Pise, Torino, Assise, Arezzo, Spoleto, Orvieto, Cortona, Portoferraio, Orbetello, Venezia, Parma et Bologne. Et même à Sestriere (altitude 1357).

*Giovanni Gelati, dans la rue principale