Le Bonheur à San Miniato (7)

Tant de mûres dans les ronciers en lisières de champs, des mûres énormes au goût de bois et de campagne ; un goût un peu sauvage aussi. On a eu envie d’essayer de se faire une:

Tarte de Vacances  à San Miniato (expérimentale et faite avec les moyens du bord): mélanger dans un bol de la ricotta avec du sucre. Etaler le mélange sur une pâte brisée achetée toute prête. Poser dessus les mûres une à une et saupoudrer d’un peu de sucre. Faire cuire jusqu’à ce que ça ait l’air bon… S’il reste des mûres, on peut les écraser avec ce qu’il reste dans le bol ; c’est délicieux aussi.

Entre deux tartes aux mûres, il y a eu une part de Crostata (avec de la confiture toute fraîche) qui nous a été offerte, dans une cuisine par une jeune italienne (qui m’a aussi filé la recette). Avec les sablés posés dessus comme on aime le faire à Gênes. 

De saison

[Lourmarin](dernier jour d’Eté)

Le temps des glaces.

Glace Nutella – Tiramisu (Tira mi sù: Tire moi vers le haut!)

Il y a de bonnes glaces italiennes* à Lourmarin, dixit une petite fille gourmande qui a mangé des Gelati à

Roma, Florence, Sienne, Volterra, San Gimigniano, San Miniato, Pitigliano, Livourne, Montepulciano, Montalcino, Poppi, Cortona, Cinque Terre, Portovenere, Genova, Lucca, Pise, Torino, Assise, Arezzo, Spoleto, Orvieto, Cortona, Portoferraio, Orbetello, Venezia, Parma et Bologne. Et même à Sestriere (altitude 1357).

*Giovanni Gelati, dans la rue principale

La Vie sauvage (encore un peu)

11 12 13 14 16 17

[Agay, veille de la Rentrée des classes. ]

Il fallait avoir la Foi en l’ensoleillement du Var, pour partir quand même, ce matin, malgré les prévisions météo contradictoires. Nous sommes arrivées sous un grand ciel bleu, et reparties tard quand il commençait à faire gris. Encore un jour entre plage et rochers, pour profiter. Encore un jour pour profiter de mes enfants en vacances, même si aujourd’hui, il n’y avait que la très Grande et la toute Petite. Nous avons retrouvé une amie pour déjeuner, et ensuite filé au plus près de la Mer, retrouver la Vie sauvage. Nous avons sauté seins nus dans l’eau claire, et poussé des cris dans les minuscules bulles d’air. Nous nous sommes laissées porter en attendant la bonne prise pour nous hisser, pieds et mains dans les roches recouvertes d’algues. Et nous avons recommencé encore et encore jusqu’à sentir que nos corps en avaient assez. Pour recommencer un peu plus tard.

Et puis, je me suis endormie, là, sur mon matelas, posé sur une roche bien plate, à quelques centimètres de l’eau.

Dans les rochers

aaa1 aa1 a1 a2 a3a4 a5

[Agay]

Les derniers jours ont été parfaits.Je sais reconnaître quand c’est vraiment bon et là, c’était encore meilleur. Jamais nous n’avions vu l’eau aussi claire et aussi chaude. C’était comme se baigner dans un aquarium et surtout pouvoir y rester longtemps, à ne jamais avoir froid même si nous restions immobiles absorbés par nos contemplations sous-marines. Ce coin là surpasse en diversité tout ce que nous avons vu à Elba. Le dernier après-midi, nous avons trouvé à quelques mètres du bord, juste là, une murène, bien planquée mais dont la tête dépassait et qui nous regardait en montrant les dents.  Je ne vais pas vous dire qu’elle nous souriait. mais pourtant nous lui souriions en retour.